Skip to content

Mois : février 2017

mais pourquoi donc cette manie d’abuser des adverbes?

Franchement, actuellement, impossible de ne pas recevoir continuellement de trop longs textes absolument illisible tant l’auteur utilise abusivement des adverbes inutiles…

Oui… ma première phrase est horrible…

Vous en conviendrez, les adverbes ne sont pas toujours très agréables.

Alors pourquoi… pourquoi faut-il toujours que les auteurs jugent important d’en abuser? Votre phrase sera belle sans les artifices que vous souhaitez lui donner.

Ne salue-t-on pas la beauté naturelle d’une jeune femme?

Ne grimaçons-nous pas devant l’exagération des défilés de mode?

Alors stop… les adverbes nuisent à votre style. Supprimez-les donc… vous en serez plus fluide, plus vrai, plus agréable.

Gardez juste celui qui viendra transformer une phrase en enchantement, un passage en pépite…

gardez celui dont vous ne pouvez vous séparer… parce que lui, celui-là, il transforme une simple héroïne en femme diablement sensuelles, il modifie votre meurtre en étreinte dangereusement passionnelle…

mais supprimez les autres, ceux qui contribuent à alourdir vos phrases, à réduire votre talent, à occulter votre histoire dans un style pompeux.

Ce conseil je l’écris après voir achevé une lecture fastidieuse… l’histoire était excellente, la lecture impossible…

non, les adverbes n’en sont pas seuls responsables… les adjectifs inutiles, les « qui » en surnombres, les « que » incessant, les virgules absentes et les points pas assez nombreux.

L’histoire est excellente mais l’auteur va devoir recommencer… en restant lui… car le talent n’est pas fait de supercherie. Il demande une grande sincérité, un style personnel et l’oeil critique d’une lectrice intransigeante 😉

Enlivre-moi - Isabelle Ven Der Heyden - Agent littraire